Guide complet pour réussir votre activité de vente à emporter

vente a emporter sac livraison nourriture plat cuisine professionnelle dark kitchen

Table des matières

La vente de plats à emporter est un marché qui connaît un succès exponentiel, notamment depuis la pandémie du Covid-19. Les consommateurs recherchent de plus en plus des options de repas rapides et pratiques, sans avoir à se rendre dans un restaurant ou à cuisiner eux-mêmes. 

S’il y a quelques années seulement vente à emporter rimait avec pizza ou encore sushi, aujourd’hui  vous avez une infinité d’options, allant d’un simple sandwich à un plat de chef, bien plus élaboré. Le plus dur reste encore de choisir dans le choix est pléthorique.

Avec l’émergence de la livraison de nourriture, les clients peuvent désormais commander leurs plats préférés en ligne et se faire livrer directement à leur porte. 

Le marché de la livraison de repas devrait connaître une croissance annuelle de 10 % en Europe pour atteindre 25 milliards de dollars d’ici 2023 selon le site lesalleesducommerce.fr< /span>

 

Quel statut pour la vente à emporter en France ?

En France, pour exercer une activité de vente de plats à emporter, il faut créer une entreprise et choisir un statut juridique adapté. Les options les plus courantes sont la micro-entreprise, l’entreprise individuelle, la SARL (Société à responsabilité limitée) ou la SAS (Société par actions simplifiée). Le choix du statut dépendra notamment de la taille de l’entreprise, de son chiffre d’affaires, du nombre d’employés et de la responsabilité souhaitée par le fondateur. 

Afin de garantir la qualité des produits et la santé des clients, Il faut également respecter les normes et des réglementations spécifiques en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire.

Puis-je vendre ce que je cuisine chez moi ? 

En France, la vente de nourriture préparée à domicile est soumise à des règles strictes en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire, notamment en ce qui concerne la manipulation et la conservation des aliments. Ainsi, vendre ce que vous cuisinez chez vous peut être possible, mais cela dépendra de plusieurs facteurs tels que la nature des plats proposés, les quantités vendues et les conditions d’hygiène et de sécurité que vous pouvez garantir.

plats à emporter vendre ce que je cuisine chez moi

Pour pouvoir exercer cette activité, il faut s’enregistrer auprès des autorités compétentes (la mairie, la préfecture, la chambre de commerce..) et respecter les règles en matière d’étiquetage des produits vendus.

Attention : la vente de nourriture à domicile peut également être soumise à des restrictions locales ou régionales , il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès des autorités compétentes pour connaître les règles applicables. dans votre zone géographique. Quand on est chef à domicile, il faut savoir choisir son statut juridique.

Quelles autorisations pour vendre de la nourriture ?

Pour vendre de la nourriture en France, il y a certaines autorisations pour obtenir des normes sanitaires strictes. Voici les principales autorisations requises :

Comment obtenir une petite licence de vente à emporter ?

Pour obtenir une petite licence pour vente à emporter, déterminez tout d’abord si l’activité nécessite une licence de débit de boissons (pour les plats à emporter accompagnés de boissons alcoolisées) ou une licence de restaurant (pour les plats à emporter sans alcool ou avec des boissons non alcoolisées) . Dans le cas d’une licence de restaurant, il faut obtenir une autorisation de la mairie tout en respectant les normes sanitaires et les règles d’hygiène alimentaire.

Remplissez ensuite un formulaire de demande de licence auprès de la mairie de la commune où se situe l’établissement en fournissant tous les documents nécessaires, tels que les justificatifs d’identité et de domicile, ainsi que les autorisations préalables requises.

Une fois la demande de licence soumise, attendre l’avis de la commission départementale compétente en matière de licences, qui se réunit environ tous les deux mois. La commission vérifie que toutes les conditions sont remplies, notamment en matière de sécurité, d’hygiène et de respect des normes environnementales.

Une fois la licence accordée, il ne reste plus qu’à se conformer aux conditions imposées, telles que les horaires d’ouverture, les règles d’hygiène et de sécurité alimentaire, et les normes de bruit et de nuisance sonore. 

Les conditions d’obtention d’une petite licence de vente de plats à emporter peuvent varier selon les communes et les départements.

C’est quoi la petite restauration ? 

La “petite restauration” est un terme utilisé pour désigner les établissements de restauration rapide ou à emporter qui proposent des plats simples et rapides à préparer, souvent consommés sur place ou à emporter. Les plats proposés dans les établissements de petite restauration peuvent inclure : sandwichs, salades, burgers, pizzas, crêpes, kebabs, hot-dogs, soupes, quiches, pâtisseries, boissons et desserts.

burger hamburger noir petite restauration

La notion de petite restauration est souvent utilisée pour différencier ce type d’établissement de la restauration traditionnelle, qui offre des plats plus élaborés et plus ordonnés, nécessitant souvent une plus longue préparation et une présentation plus travaillée.

La petite restauration devient de plus en plus populaire en France, notamment en raison de la rapidité et de la commodité qu’elle offre aux clients. 

Pour assurer la qualité des aliments proposés ainsi que la santé des consommateurs, les établissements de petite restauration doivent obligatoirement respecter les normes applicables en termes d’hygiène et de sécurité alimentaire.

Quel taux de TVA pour la vente à emporter ?

Le taux de TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) pour la vente à emporter en France dépend des produits vendus. Voici un tableau récapitulatif des taux de TVA en fonction des produits.

Produits Taux de TVA
Plats à emporter 20%
Boissons à emporter 5,5%
Produits alimentaires de première nécessité 5,5%
Produits agricoles non transformés 2,1%

 

Afin d’éviter d’être en infraction avec les règles fiscales en vigueur, conformez-vous aux taux de TVA applicables et appliquez-les correctement lors de la vente de produits à emporter. 

Pourquoi faire de la vente à emporter ? 

Offrir plus de commodité :

Faire de la vente à emporter permet aux clients de profiter de leurs plats préférés sans avoir à s’installer dans un restaurant ou à attendre longtemps pour leur commande. Les clients peuvent ainsi gagner du temps en prenant leur repas à emporter et le consommer à l’endroit de leur choix.

Élargir la clientèle :

Elle peut permettre d’attirer une clientèle plus large, notamment celles qui ne peuvent pas se permettre d’aller au restaurant ou qui ont un emploi du temps chargé.

Réduire les coûts d’exploitation :

La vente à emporter permet de réduire les coûts d’exploitation liés à l’accueil des clients dans un établissement (comme les frais de personnel, de loyer, de chauffage, d’eau, d’électricité , etc.), et ainsi de proposer des tarifs plus attractifs.

Adaptateur son offre aux tendances actuelles :

mange ce qui te rend heureux message inspirant au néon

Avec l’évolution des habitudes alimentaires et des modes de vie, de plus en plus de clients préfèrent consommer des plats à emporter plutôt que de manger au restaurant. La vente à emporter permet ainsi aux entreprises de s’adapter à ces tendances et de proposer des produits en phase avec les besoins des clients.

Lire aussi:  Puis-je vendre ce que je cuisine chez moi ?

Diversifier les sources de revenus :

Elle peut représenter une source de revenus complémentaires pour les entreprises qui proposent déjà des plats dans leur restaurant ou leur café. En proposant des plats à emporter, ces entreprises peuvent élargir leur clientèle et augmenter leur chiffre d’affaires.

 

Qui peut faire des plats à emporter ? 

En principe, toute personne qui souhaite vendre des plats à emporter doit être enregistrée auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) ou de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) . Cette inscription permet notamment de déclarer son activité, d’obtenir un numéro SIRET et de bénéficier d’un accompagnement personnalisé.

Les personnes qui vendent des plats à emporter doivent respecter les normes d’hygiène et de sécurité alimentaire en vigueur. Cela implique notamment de se conformer aux règles d’hygiène en matière de préparation, de stockage, de transport et de vente des aliments, ainsi qu’à la réglementation en matière d’étiquetage des produits.

Certaines activités de vente de plats à emporter peuvent être soumises à des exigences particulières, telles que l’obtention d’une licence ou d’un agrément spécifique, en fonction de la nature des produits proposés.

Quels sont les plats les plus louables ? 

Il n’y a pas de réponse unique à cette question, car la rentabilité d’un plat dépend de plusieurs éléments comme le coût des ingrédients, le temps de préparation, le prix de vente, la demande du marché, la concurrence. . locale, etc.

Le processus de fabrication est de notre point de vue l’élément le plus important à prendre en compte quand on parle de la rentabilité d’un restaurant ou d’une entreprise dans le domaine de l’alimentaire .

Par exemple, l’émission Capital de M6 du 16 avril 2023 consacrée à la restauration parle des buffets à volonté qui font des économies sur la plus grosse dépense des restaurants, non pas la nourriture mais le personnel. Ainsi ils augmentent considérablement leur rentabilité.

pizza vente à emporter livraison

Ils interrogent également une affaire familiale de pizza à la chaîne. Une seule personne, sans formation, peut produire des centaines de pizzas, ce qui rend cette entreprise bien plus rentable qu’une simple pizzeria. Ce n’est pas la pizza en elle-même qui est louable mais bien le processus qui rend le business juteux.

Des start up se sont spécialisées dans la création de machines ultra complètes pour confectionner de A à Z certains aliments comme le hamburger, à l’image de la société Creator.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Un post partagé par Creator 🍔 (@eatatcreator)

Les plats les plus louables en restauration sont ceux qui génèrent une marge brute élevée, c’est-à-dire dont le le prix de vente est supérieur au coût de production, qui devrait se situer entre 70 et 75 %. Parmi les plats qui peuvent répondre à ces critères, on peut citer les crêpes, les paninis, les sandwichs, les pizzas, les bagels, les salades, les plats végétariens et végétaliens. 

Nous ne cesserons de le rappeler, la rentabilité d’un plat dépend du choix des produits, des ingrédients et du prix de vente, de la popularité du plat et des processus de fabrication pour pouvoir générer des bénéfices importants.

cheeseburger hamburger fojo

Comment calculer le prix d’un plat à emporter ? 

Pour calculer la rentabilité d’un plat, vous devez d’abord calculer le coût total de production du plat, y compris tous les coûts directs et indirects tels que les coûts des ingrédients, des emballages, de l’énergie, de l’eau, du matériel, des charges fixes, etc. Ensuite, vous devez fixer une marge bénéficiaire que vous souhaitez réaliser sur chaque plat vendu.

La rentabilité est réalisée en comparant le bénéfice réalisé avec la marge bénéficiaire sur chaque plat vendu, par rapport au coût total de production. Si le bénéfice est supérieur au coût total de production, alors le plat est rentable.

Voici une formule simple pour calculer la rentabilité d’un plat :

Rentabilité = (Prix de vente – Coût total de production) / Prix de vente x 100

Par exemple, si vous vendez un plat à 10€, que le coût total de production est de 4€ et que vous avez fixé une marge bénéficiaire de 30%, alors la rentabilité serait de :

Rentabilité = (10€ – 4€) / 10€ x 100 = 60%

Cela signifie que vous réalisez un bénéfice de 6€ sur chaque plat vendu, ce qui est supérieur au coût total de production de 4€, et que le plat est donc rentable.

 

Comment faire pour ouvrir un petit restaurant ? 

Pour ouvrir un petit restaurant, plusieurs étapes sont à respecter.

Elaboration d’un Business Plan

L’élaboration d’un Business Plan est une étape essentielle pour toute entreprise. Cela vous permet de clarifier vos objectifs, vos attentes, vos prévisions financières et les ressources dont vous aurez besoin. Le Business Plan doit inclure une analyse de marché, une étude de faisabilité, une stratégie marketing, un plan de gestion des ressources humaines et un plan financier.

Recherche d’un local adapté

Pour ouvrir un petit restaurant, trouver un emplacement approprié est crucial pour le succès de votre restaurant. Prenez en compte le quartier, l’accessibilité, la taille du local, les normes sanitaires, les autorisations de la mairie, etc. Il est également important de trouver un local avec un loyer raisonnable pour que cela n’impacte pas trop votre rentabilité. Vous pouvez commencer par louer une cuisine sombre pour tester un concept avant d’investir plus d’argent.

Définition du concept et du menu

Réfléchissez au type de cuisine que vous allez proposer, au style de service, à la décoration, etc. Ensuite, élaborez un menu attrayant et diversifié en fonction de votre public cible. Il est important de faire des choix en fonction de la saisonnalité des produits et de la rentabilité de chaque plat.

Obtention des licences et permis

Avant l’ouverture de votre restaurant, vous devez obtenir les licences et les permis nécessaires tels que la licence de vente d’alcool, la licence d’exploitation, le permis de construction, etc. Prenez en compte les délais nécessaires pour l’obtention de ces documents.

Recrutement du personnel

Le recrutement du personnel est l’un des éléments les plus importants pour le succès de votre restaurant. Avoir des personnes qualifiées et compétentes pour la cuisine, le service, la comptabilité est indispensable. Il est également important de bien définir les rôles et responsabilités de chacun et de prévoir une formation continue pour le personnel.

Planification et gestion financière

La planification et la gestion financière sont essentielles pour la réussite de votre restaurant. Établissez un plan financier pour votre restaurant, incluant les coûts de démarrage, les frais de fonctionnement, les marges de profit, etc. Vous devez également mettre en place un système de gestion des stocks et de la comptabilité pour suivre vos dépenses et vos recettes.

ticket de caisse vente à emporter restaurant livraison

Comment devenir traiteur sans diplôme ?

Devenir traiteur sans diplôme peut sembler difficile, mais c’est possible avec de la détermination et une formation autodidacte. Voici quelques étapes à suivre pour devenir traiteur sans diplôme :

Acquérir des compétences culinaires

Suivez des cours en ligne ou en présentiel, en lisant des livres de cuisine, en pratiquant à la maison et en travaillant dans un restaurant en tant que commis de cuisine ou chef de partie.

Se spécialiser dans un domaine

Pour vous démarquer des autres traiteurs, vous pouvez vous spécialiser dans un domaine particulier, comme la cuisine végétarienne, la cuisine asiatique ou la cuisine bio. Cette spécialisation vous permettra d’attirer un public cible plus spécifique.

Créer un portfolio de vos réalisations

Pour présenter vos compétences à des clients potentiels, prenez des photos de vos réalisations culinaires et créez un portfolio. Cela permettra à vos clients de voir votre travail et de mieux comprendre ce que vous pouvez leur offrir.

Rechercher sur les règles sanitaires et les réglementations

Familiarisez-vous avec les règles sanitaires et les réglementations concernant la vente de pour éviter tout problème avec les autorités alimentaires. Informez-vous sur les lois locales et nationales concernant la vente de nourriture, la manipulation des aliments, la sécurité alimentaire, etc.

Trouver des clients

Vous pouvez trouver des clients en créant votre propre site web, en utilisant les réseaux sociaux, en participant à des événements locaux, en distribuant des flyers, etc. Utilisez plusieurs canaux de marketing pour atteindre un public plus large.

Continuer l’apprentissage

Continuez à apprendre et à perfectionner vos compétences culinaires en participant à des ateliers, des étapes, des événements culinaires, etc. La cuisine évolue constamment. Restez au courant des dernières tendances culinaires et des nouvelles techniques pour continuer à améliorer votre offre de services.

Quel statut pour un chef à domicile ? 

Statut d’auto-entrepreneur

Il peut être une option intéressante pour un chef à domicile qui commence son activité. Il permet de bénéficier d’un régime fiscal et social simplifié, avec un chiffre d’affaires plafonné. Cependant, ce statut peut ne pas convenir si le chef à domicile prévoit de réaliser un chiffre d’affaires important.

Lire aussi:  Les 5 erreurs les plus courantes de la dark kitchen

Le statut d’entreprise individuelle

Il permet au chef à domicile de bénéficier d’une certaine autonomie et de simplicité administrative, tout en ayant une responsabilité personnelle illimitée. Cela peut être une option intéressante pour les chefs à domicile qui peuvent réaliser un chiffre d’affaires important et qui souhaitent avoir un statut juridique plus formalisé.

SASU ou SARL

Les sociétés unipersonnelles (SASU) et les sociétés à responsabilité limitée (SARL) peuvent être des options intéressantes pour les chefs à domicile qui possèdent de réaliser un chiffre d’affaires important, qui souhaitent se protéger juridiquement et qui envisagent de travailler avec d’autres. #39;autres. #39;autres personnes à l’avenir.

Quel que soit le statut juridique choisi, un renseignement auprès des organismes compétents (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers et de l’Artisanat, URSSAF, etc.) pour connaître les démarches administratives à effectuer et les réglementations en vigueur restent indispensables.

Comment fonctionne la vente à emporter ? 

La vente à emporter est un mode de distribution qui consiste à proposer des plats, boissons ou produits alimentaires prêts à être emportés et consommés ailleurs. . que sur place. 

miam vente à emporter livraison

Voici son fonctionnement :

La préparation des plats :

Les plats proposés à la vente à emporter sont préparés en amont par les cuisiniers et le personnel de cuisine. Ils peuvent être confectionnés à la commande ou en avance, en fonction du type de produit.

Le conditionnement des plats :

Les plats sont ensuite conditionnés dans des emballages appropriés, qui permettent de les transporter facilement et de les conserver correctement (barquettes, sacs, boîtes, etc.). Les emballages doivent être étanches et résistants pour éviter les fuites ou les dégradations pendant le transport.

La prise de commande :

Les clients peuvent passer commande en se déplaçant sur place ou en commandant à distance (par téléphone, site internet, application mobile, etc.). Ils peuvent choisir les plats et boissons qu’ils souhaitent acheter, en fonction des disponibilités et des tarifs proposés.

Le paiement :

Le client règle sa commande en fonction du mode de paiement accepté par le vendeur (espèces, carte bancaire, chèque, etc.). Il peut également être proposé des modes de paiement à distance (paiement en ligne, paiement par téléphone, etc.).

La remise des produits :

Une fois le paiement effectué, le vendeur remet les produits commandés au client, qui peut les emporter et les consommer où il le souhaite. Il peut également être proposé un service de livraison pour les clients qui ne peuvent pas se déplacer sur place.

Le respect des normes sanitaires :

La vente à emporter doit respecter les normes sanitaires strictes pour garantir la sécurité alimentaire des consommateurs. Les emballages doivent être conformes aux normes en vigueur, les produits doivent être étiquetés et stockés dans des conditions appropriées, et les locaux de production doivent être régulièrement contrôlés par les autorités sanitaires.

 

Comment obtenir une licence à emporter ?

En France, il n’y a pas de licence de vente à emporter à proprement parler, mais plutôt des autorisations ou des formalités à accomplir en fonction de la nature de l’activité et du statut de l’entreprise. Voici les principales étapes à suivre pour obtenir les autorisations nécessaires à la vente à emporter :

Choix du statut juridique

Avant de pouvoir vendre à emporter, la première étape consiste à créer une entreprise et à choisir un statut juridique. Il existe plusieurs options, telles que l’auto-entrepreneur, l’entreprise individuelle ou la société. Cette étape nécessite de réaliser les formalités administratives de création d’entreprise auprès des organismes compétents.

Obtention d’une autorisation d’exploitation

En fonction de la nature de l’activité et du local où elle est exercée, il peut être nécessaire d’obtenir une autorisation d’exploitation, telle qu’une autorisation de la mairie pour exercer une activité. . commerciale dans un local commercial.

Obtention d’une autorisation sanitaire

Pour vendre des produits alimentaires, il est indispensable de respecter les normes sanitaires en vigueur. Les locaux et les équipements de production doivent être conformes aux normes d’hygiène et de sécurité alimentaire, et les produits doivent être étiquetés et stockés dans des conditions appropriées. Pour obtenir une autorisation sanitaire, il faut se renseigner auprès des services de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

Conformité aux règles fiscales

La vente à emporter est soumise à la TVA et à d’autres taxes spécifiques en fonction des produits vendus et de la situation de l’entreprise. Il est important de se conformer aux règles fiscales en vigueur pour éviter tout risque de contentieux.

 

Quel statut pour vendre de la nourriture ? 

Le statut auto-entrepreneur

Ce statut permet de créer une entreprise individuelle rapidement et facilement, avec des formalités administratives simplifiées. Il est adapté aux activités de vente de nourriture à petite échelle, car il ne permet pas de dépasser un certain chiffre d’affaires annuel.

L’entreprise individuelle

Ce statut juridique est adapté aux activités de vente de nourriture à plus grande échelle. Il permet de bénéficier d’une certaine flexibilité, mais expose l’entrepreneur à des risques personnels en cas de dettes de l’entreprise.

La société

Les sociétés (SARL, SAS, etc.) offrent une protection juridique plus importante à l’entrepreneur, car les dettes de l’entreprise n’engagent pas directement les associés. Ce statut est adapté aux activités de vente de nourriture à grande échelle ou aux projets impliquant plusieurs associés.

L’association

Les associations peuvent également vendre de la nourriture dans le cadre d’activités de solidarité ou de financement d’un projet associatif.

 

Quel diplôme pour vendre de la nourriture ? 

Un diplôme spécifique n’est pas obligatoire pour vendre de la nourriture en France en tant que commerçant ou restaurateur. En revanche, une formation relative à l’hygiène et à la sécurité alimentaire est fortement nécessaire.

Pour les professionnels de la restauration, une formation spécifique appelée “Formation hygiène alimentaire” est obligatoire depuis 2012. Cette formation dure 14 heures et permet d’acquérir les connaissances nécessaires en matière de sécurité sanitaire des aliments et d’obtenir un certificat d’hygiène alimentaire.

Par ailleurs, pour les activités liées à la production alimentaire (boulangerie, pâtisserie, boucherie, etc.) avoir un diplôme en lien avec le métier, comme un CAP ou un Bac Pro dans le domaine concerné est recommandé. Cependant, avant de vous lancer, vous devez prendre des autorisations pour vendre de la nourriture.

Lire aussi:  C’est quoi la petite restauration ?

Comment vendre de la nourriture « fait maison » ?

La vente de nourriture faite maison est soumise à certaines règles sanitaires et de sécurité. 

plat vente à emporter fait maison

Si vous souhaitez le faire sur vous a préparé une liste de contrôle :

Vérifiez si vous avez besoin d’une licence :

Si vous souhaitez vendre de la nourriture faite maison de manière régulière, il est possible que vous ayez besoin d’une licence de vente de nourriture. Cela dépendra de votre lieu de résidence et de la réglementation locale. Contactez votre mairie ou la chambre de commerce pour en savoir plus.

Respectez les normes sanitaires :

Pour vendre de la nourriture fait maison, vous devez respecter les normes sanitaires en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire. Vous pouvez suivre une formation sur l’hygiène alimentaire pour vous assurer que vous respectez les normes.

Étiquetez vos produits :

Chaque produit que vous vendez doit être étiqueté avec les informations suivantes : nom du produit, liste des ingrédients, allergènes éventuels, date de péremption et mode de conservation.

Fixez votre prix :

Calculez vos coûts et fixez un prix qui vous permettra de couvrir vos frais tout en faisant un bénéfice.

Trouvez des clients :

Utilisez les réseaux sociaux, les marchés locaux, ou encore les plateformes de vente en ligne pour trouver des clients.

 

Quel produit vendre de chez soi ?

Vous pouvez produire chez vous plusieurs produits.

Les plats du terroir

Les plats régionaux et locaux sont des spécialités qui ont toujours été populaires. Vous pouvez proposer des plats typiques de votre région en utilisant des ingrédients locaux pour mettre en avant la culture culinaire de votre région.

Les plats internationaux

Les plats exotiques et internationaux sont également très appréciés. Vous pouvez proposer des plats de cuisine italienne, chinoise, indienne, mexicaine, etc. pour offrir une grande variété de choix à vos clients.

burrito vente à emporter livraison plat

Les plats végétariens et végétaliens

Avec la montée en puissance des régimes alimentaires végétariens et végans, proposer des plats sans viande, sans poisson et sans produits laitiers est une excellente option pour toucher une clientèle plus large et respecter les choix alimentaires de chacun.

Les plats sains

De nos jours, les gens sont plus soucieux de leur santé, vous pouvez proposer des plats sains, riches en protéines et en fibres, et faibles en gras et en sucre. Cela peut inclure des options de plats diététiques et équilibrés.

Les plats de fêtes

En fonction de la saison, vous pouvez proposer des plats festifs pour les fêtes de fin d’année, les anniversaires ou les célébrations spéciales. Des plats comme les rôtis, les volailles farcies, les plateaux de fruits de mer, les gâteaux et les desserts festifs sont des options populaires.

Les plats du quotidien

Les gens ont besoin de plats simples et pratiques pour leur repas de tous les jours. Vous pouvez proposer des plats comme des salades, des soupes, des sandwichs et des quiches pour répondre aux besoins de vos clients en termes de repas pratiques et équilibrés.

L’idée est de proposer des plats qui répondent aux besoins et aux préférences de votre clientèle tout en respectant les normes sanitaires et de sécurité alimentaire.

Où peut-on vendre de la nourriture ? 

Sur les marchés

Les marchés sont des endroits où les vendeurs peuvent proposer des produits frais et locaux et vendre de la nourriture. Si vous souhaitez vendre de la nourriture sur un marché, vous devez généralement obtenir une autorisation auprès de la mairie et respecter les normes sanitaires en vigueur.

Dans la rue

Il est possible de vendre de la nourriture ambulante sur la voie publique, à condition d’avoir une autorisation de la mairie. Cette autorisation est souvent soumise à des conditions strictes en termes d’hygiène et de sécurité. On retrouve d’ailleurs de plus en plus de foodtrucks.

Un commerce

Vous pouvez vendre de la nourriture dans un magasin, un restaurant, une épicerie, une boulangerie, un salon de thé, etc. Dans ce cas, vous devez obtenir un statut juridique adapté à votre activité et respectant les normes sanitaires en vigueur.

En ligne

La vente de nourriture en ligne est également possible, que ce soit sur votre propre site web ou via les plateformes de livraisons « Ubereats, Deliveroo, JustEat… » Dans ce cas, vous devez également respecter les normes sanitaires en vigueur. et tenir compte des exigences de livraison et de sécurité. Vous pouvez louer une cuisine professionnelle pour préparer des plats à la livraison ou, comme il est de plus en plus courant, occuper une Dark Kitchen pour ne faire que de la livraison.  

Dans une aire de restauration

Un food-court est un espace de restauration collective qui regroupe plusieurs stands ou restaurants proposant des plats différents sous un même toit. C’est généralement un espace de restauration situé dans un centre commercial, un aéroport ou une gare. Les clients peuvent choisir parmi une variété de cuisines, allant des fast-foods traditionnels aux plats plus retenus, et peuvent ainsi trouver une solution pour satisfaire tous les goûts et les préférences alimentaires. Le food court est souvent conçu pour offrir un espace de détente et de convivialité aux clients, qui peuvent s’asseoir à des tables communes pour manger et socialiser.

aire de restauration de frites

 

Quelle réglementation pour la vente d’alcool à emporter ? 

La vente d’alcool à emporter est réglementée en France pour des raisons de santé publique et de sécurité. 

 

Autorisation de vente d’alcool à emporter

Tout établissement souhaitant vendre de l’alcool à emporter doit obtenir une licence de débit de boissons à emporter (licence III) en France. Cette licence peut être obtenue en faisant une demande auprès de la mairie de la commune où l’établissement est situé.

Heures d’ouverture de vente d’alcool

Les heures d’ouverture de vente d’alcool à emporter sont réglementées en France. En semaine, la vente d’alcool est autorisée de 8h à 22h, tandis que le dimanche, elle est autorisée de 8h à 20h.

Restrictions d’âge pour l’achat d’alcool

La vente d’alcool à des mineurs est interdite en France. L’âge minimum légal pour acheter de l’alcool est de 18 ans. Les établissements qui vendent de l’alcool à emporter doivent vérifier l’âge des clients qui souhaitent acheter de l’alcool.

Affichage obligatoire

Les établissements qui vendent de l’alcool à emporter doivent afficher de manière visible la liste des produits disponibles à la vente, ainsi que les prix. Cela permet aux clients de savoir ce qui est disponible à l’achat et d’éviter toute confusion ou malentendu.

Quantités de vente réglementées

Les quantités de vente d’alcool sont réglementées en France. Par exemple, la vente de spiritueux est limitée à 1 litre par client. Les établissements doivent donc veiller à respecter ces quantités pour éviter toute infraction.

Sanctions en cas de non-respect des règles

Les établissements qui ne respectent pas les règles en matière de vente d’alcool peuvent faire face à des amendes et des peines de prison, en fonction de la gravité de l’infraction. Pour éviter tout problème avec les autorités et garantir la sécurité et la santé des clients, il est important de se conformer aux règles et aux normes en matière de vente d’alcool.

Contacter Fojo ou réserver une visite