Quel statut pour vendre de la nourriture ?

Table des matières

Vous souhaitez vous lancer dans la vente à emporter, spécialement la vente de nourriture, et vous demandez quel statut adopter pour exercer cette activité en toute conformité ? Comprendre les différentes réglementations applicables à votre projet, aussi bien en termes de structure juridique que d’obligations sanitaires ou fiscales restent indispensables.

Faire le point sur votre projet de vente de nourriture

Avant de se pencher sur les différents statuts possibles pour vendre de la nourriture, il convient de définir précisément votre projet professionnel. Plusieurs questions sont à se poser :

  • Souhaitez-vous exercer cette activité à plein temps ou en complément de revenus ?
  • Quel type de produits allez-vous proposer (plats préparés, articles d’épicerie…) ?
  • Quels seront vos canaux de distribution (vente sur place, livraison, e-commerce, etc.) ?

Ces éléments permettront de mieux cerner les spécificités de votre future activité et les implications qui en découlent en termes de statuts juridiques et d’autorisations spécifiques.

Les différents statuts juridiques pour ceux qui souhaitent vendre de la nourriture

En fonction du profil de votre projet, plusieurs statuts juridiques pourront vous convenir, chacun présentant ses avantages et inconvénients.

Le statut d’auto-entrepreneur

Très adapté aux projets de petite envergure ou démarrés à titre accessoire, le statut d’auto-entrepreneur offre une grande souplesse, notamment en ce qui concerne les cotisations sociales et les déclarations fiscales. Toutefois, vous devez noter que si votre chiffre d’affaires dépasse certains seuils en 2023 (188 700 euros pour les activités de vente de marchandises au sein de l’UE), vous devrai opter pour un autre régime.

La société : SARL, SAS, etc.

Si votre chiffre d’affaires ou vos ambitions dépassent les limites du régime auto-entrepreneur, vous pouvez choisir de créer une société. Les options sont multiples : Société à Responsabilité Limitée (SARL), Société par Actions Simplifiée (SAS), etc. Ce type de structure permet de bénéficier d’une responsabilité limitée aux apports et de mieux organiser la répartition des pouvoirs entre associés.

Lire aussi:  Quel produit vendre de chez soi ?

Les autorisations spécifiques requises pour vendre de la nourriture

statut pour vendre de la nourriture

Au-delà du choix de la structure juridique, vous nécessiterez également certaines autorisations préalables pour exercer sereinement votre activité de vente de nourriture.

La licence pour la vente d’alcool

Si vous envisagez de proposer des boissons alcoolisées à votre clientèle, vous devrez obtenir une licence spécifique. Plusieurs types de licences existent :

  • La petite licence à emporter pour la vente d’alcool dans un commerce de détail ou en e-commerce
  • La grande licence à emporter également destinée aux boutiques, mais qui permet la vente d’alcools plus forts
  • La licence de débit de boissons si vous prévoyez d’ouvrir un établissement où les clients consomment sur place

Pour obtenir ces licences, vous devrez notamment suivre une formation obligatoire concernant la vente et la distribution d’alcool.

Les obligations liées à l’hygiène et à la sécurité alimentaire

Pour vendre de la nourriture, vous devez respecter les normes d’hygiène et de sécurité alimentaire imposées par la réglementation. Si votre activité implique de manipuler des produits alimentaires, il devra suivre une formation spécifique à l’hygiène alimentaire, par exemple le stage « Permis d’exploitation » ou “Permis d’exploitation”. proposé par l’UMIH. Vous pourrez ensuite afficher vos compétences vis-à-vis de vos clients, ce qui peut constituer un atout commercial considérable.

Les principales démarches administratives à accomplir

Une fois que vous avez choisi le statut adapté à votre projet et pris connaissance des autorisations nécessaires à la vente de nourriture, plusieurs démarches administratives sont à effectuer.

L’inscription au registre du commerce et des sociétés

Quel que soit votre statut, il faudra vous inscrire auprès du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) en complétant un formulaire adéquat. Cela permet d’obtenir un numéro SIRET, qui sera exigé pour certaines formalités ultérieures.

Lire aussi:  Où peut-on vendre de la nourriture ?

La déclaration d’activité auprès de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ou de la Chambre de Commerce et d’Industrie

Selon votre statut juridique et le type de produits alimentaires que vous souhaitez vendre, vous devrez également déclarer votre activité auprès de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) ou de la Chambre de Commerce et d’Industrie ( CCI). Cela vous permettra notamment de bénéficier d’un accompagnement personnalisé dans le démarrage de votre entreprise.

Les obligations fiscales et comptables

Votre activité de vente de nourriture implique également certaines obligations fiscales et comptables :

  • déclaration du chiffre d’affaires
  • paiement de la TVA si applicable
  • enregistrement de la comptabilité, selon les règles fixées par la loi

Certaines structures, comme les sociétés, doivent également la nomination d’un expert-comptable.

Réduisez vos coûts avec l’utilisation des espaces Fojo

La société Fojo, votre sanctuaire de la gastronomie, offre une solution clé en main destinée aux acteurs de la food ambitieux d’innover dans de nouvelles zones ou de créer des enseignes numériques dans des installations optimisées.

L’équipe Fojo, qui est composée de professionnels et d’experts en gastronomie, branding, canaux numériques et sélection de sites, œuvre pour accélérer votre succès. Grâce à notre parcours, nous avons acquis une expertise approfondie en innovation gastronomique et en conception de cuisines.

Engagés dans une approche éco-responsable de la gastronomie, nous limitons le gaspillage et offrons une plateforme de livraison équitable pour les restaurateurs, offrant des prix accessibles aux consommateurs.

Lancez votre projet de restauration numérique aujourd’hui grâce à nos installations spécialisées orientées vers la livraison et l’importation.

Lire aussi:  Comment devenir traiteur sans diplôme ?

Découvrez nos espaces culinaires équipés, disponibles pour vous pour commencer votre activité en toute simplicité et à un coût réduit contrairement à la mise en place d’une structure classique. Propagez votre influence dans ce secteur et lancez des idées novatrices sans contraintes, en sélectionnant un espace de cuisine ou un laboratoire qui rencontre vos exigences spécifiques.

Optimisez votre espace culinaire chez Fojo, parfait pour les experts en gastronomie, avec des configurations entièrement personnalisables à votre projet.

 

Contacter Fojo ou réserver une visite